Espace Membre


Adhérer à la charte

Quelques Questions


Des Références

Quelques villes

260 refuges

Nos annuaires

Blog #chiencitoyen

Nos partenaires

Quand le chien devient citoyen

Le Parisien - Article de Valérie Mahaut - février 2007

Absi, Marie-France, Frisbee, Jean-Claude, Stéphane… Une dizaine de chiens et leurs maîtres se sont retrouvés dimanche matin dans le bois de Chaville pour deux heures d’éducation canine. Un cours dispensé gratuitement par l’équipe d’Alain Lambert et Emilie Nedjar, fondateurs du Chien Citoyen, à la seule condition que les maîtres signent la charte éponyme qui les engage à ramasser les déjections de leurs animaux.
En lisière du bois dimanche, dans le froid, les toutous au bout de la laisse, les maîtres enchaînent les exercices,
tentant d’appliquer au mieux les consignes : « Pas de cris, pas de geste brusque. » Après les exercices « assis » et « c’est fini », il s’agit de faire venir le chien sur un tapis. « Vous l’encouragez et dès qu’il pose une patte sur
le tapis, vous le félicitez », répète encore Alain Lambert.

Un premier bilan en octobre prochain
« Je découvre les vertus de l’éducation canine », commente Laurence, la quarantaine souriante, maîtresse d’Absi, une petite jack russel. « Jusqu’à présent, je n’avais rien appris à Absi mais cela devenait ingérable. » Comme plusieurs des participants,c’est son vétérinaire qui lui a fait connaître le Chien Citoyen il y a quelques semaines.
« Puis j’ai rencontré les éducateurs dans la rue et je viens pour la deuxième fois à la matinée d’éducation. » Une offre proposée aux seuls habitants de Chaville,« à condition qu’ils signent la charte », expose Emilie Nedjar.
Contre cet engagement, ils bénéficient de certaines réductions chez les commerçants et surtout ils peuvent profiter des conseils d’Alain Lambert, spécialiste du chien dans la ville. « Trois fois par semaine, nous sillonnons la ville et sensibilisons les maîtres au ramassage. On leur remet des sachets et on leur propose l’adhésion à la charte et ses avantages. » Le maire de Chaville, Jean Levain, a été séduit par l’initiative du Chien Citoyen. Le nettoyage des trottoirs
étant géré par la communauté d’agglomération Arc de Seine, c’est elle qui finance l’opération. Un premier bilan sera dressé en octobre prochain. « Nous avons déjà observé une amélioration du taux de ramassage, commente Alain Lambert.
En trois mois, il est passé de 30 à 38 %.Et nous voulons atteindre 50 % à la fin de l’année. » Ce qui évitera probablement à la communauté d’agglomération d’investir dans une motocrotte, dont le coût s’élève quand même à plus de 60 000 €.

Valérie Mahaut

LE TEMOIN DU JOUR
« C’est une excellente idée »
Marie-France, 57 ans
Une laisse dans chaque main, Marie-France s’apprête à quitter le bois de Chaville avec ses deux cockers, Ladac et Bali.
Après quelques séances d’éducation canine, cette habitante de Chaville de 57 ans observe déjà « des améliorations » dans le comportement de ses chiens. Surtout chez Bali, le plus jeune de ses cockers. « J’ai encore appris beaucoup de choses ce matin. On croit savoir comment s’y prendre avec nos chiens mais on fait des erreurs. De telles séances sont vraiment utiles.
Et le fait que ça marche avec la propreté dans la ville est une excellente idée. » Ladac et Bali devraient bientôt récupérer leurs cartes de chiens citoyens. Car c’est au nom du chien que celle-ci est établie.
« Les photos sont faites, j’attends les cartes », précise Marie-France.