Espace Membre


Adhérer à la charte

Quelques Questions


Des Références

Quelques villes

260 refuges

Nos annuaires

Blog #chiencitoyen

Nos partenaires

Dans la tête de mon chien

Le 92 -Article du journal du Conseil Général - novembre 2007

Les matinées canines organisées gratuitement chaque semaine par le conseil général dans les parcs départementaux
proposent aux propriétaires de chiens de mieux maîtriser les réactions de leurs compagnons.

Berger allemand, Husky, fox, Golden retriever…: assis aux pieds de leurs maîtres, les chiens forment un cercle autour
de l’animateur. Dans le parc canin du parc de Sceaux ce dimanche-là, Alain Lambert (voir entretien) pose les bases d’une
relation harmonieuse entre l’homme et l’animal : « le chien ne fait pas dans le second degré », explique l’éducateur,
exemple à l’appui. « Le code que vous employez pour communiquer avec lui est donc très important mais l’attitude que vous
avez en l’utilisant l’est tout autant ! ». Tirez sur une laisse pour faire venir Médor et vous obtiendrez exactement l’inverse
du résultat escompté. Hurlez sur lui pour qu’il vous obéisse, vous ne ferez que le braquer… : les démonstrations s’enchaînent
et la douzaine de propriétaires présents comprend qu’aussi fidèle compagnon soit-il, leur chien reste avant tout…un chien !

MAÎTRISER L’ANIMAL EN DOUCEUR

Une vérité que l’homme, croyant bien faire, oublie trop souvent. Dans le pire des cas, cette perte de repères peut conduire aux
drames qui ont émaillé l’actualité ces derniers mois. Le chien n’a pas de notion du bien ou du mal. Même le plus doux des cabots
peut avoir des réactions redoutables devant un geste mal interprété. Les exercices pratiques proposés lors de ces animations
gratuites, premières du genre financées par un conseil général, reposent donc sur l’acquisition de gestes simples, afin d’aider
les propriétaires à maîtriser leur animal en douceur, sans violence physique ou verbale. Des règles de conduite et de comportement
qui, une fois acquises, ne peuvent que faciliter la vie du chien, de son maître et de leur entourage…

« Un instinct de prédateur »
Educateur canin, Alain Lambert assure les animations organisées dans les parcs départementaux. Avis d’un professionnel.
« Il y a aujourd’hui huit millions de chiens en France. 80 % de leurs propriétaires déclarent les posséder pour des raisons uniquement
affectives et non plus pour garder la maison ou aller à la chasse, comme c’était encore le cas il y a une vingtaine d’années.
La relation entre l’homme et l’animal a changé : au bout de la laisse, on a un copain que l’on n’imagine pas devenir agressif ou
capable de mordre. Ce type de relations est générateur d’accidents, car le chien a beau être un formidable animal de compagnie,
il n’en garde pas moins des réactions relevant de sa nature de prédateur. Il ne réagit qu’au premier degré, n’agit pas en fonction
de valeurs morales mais de son instinct, d’où la nécessité d’établir une relation claire avec lui et d’éviter de sombrer dans
l’anthropomorphisme. »